Les spécialistes de la communication ratée

 


 Par David Joly - Vice-président de la Convention Vie et Nature


Il est un domaine que le monde de la chasse maîtrise aussi bien que la protection et la gestion de la nature. Et ce domaine, c’est celui de la communication.
Cela fait maintenant trois ans que la FNC enchaîne les ratages et tentatives d’obtention de respectabilité qui débouchent sur l’exact opposé de l’objectif recherché.
Rappelez-vous : en 2018, une grande campagne d’affichage dans les couloirs des métros et sur les bus de grandes villes est lancée, au sein de laquelle les chasseurs sont autoproclamés « premiers écologistes de France ».
Premiers écologistes ? Surtout premier camouflet : l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (ARPP) juge que les preuves en possession de la FNC (qui se résument à un pseudo-sondage effectué auprès des auditeurs d’une émission de radio bas de plafond) sont insuffisantes. Et impose donc d’ajouter un point d’interrogation à l’assertion utilisée. (1)
L’histoire de ce premier échec de communication d’envergure ne s’arrête pas là puisqu’en février dernier, la FNC a été condamnée par la justice au titre de parasitisme à l’égard de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), à qui elle avait piqué sans vergogne la charte graphique de l’une de ses affiches. (2)

Qu’à cela ne tienne, la FNC allait se refaire en 2020 en utilisant cette fois-ci les réseaux sociaux. Objectif : effacer cette image du chasseur arriéré, bourru, aviné et violent qui vient à l’esprit de tout un chacun lorsqu’on lui évoque ce loisir (et pour cause). Place donc à une série de spots où l’on découvre des profils de chasseur totalement inattendus, telle cette citadine cadre supérieur qui trouve son équilibre dans le fait d’aller chasser le week-end, ce qui lui permet de cuisiner en semaine le chevreuil qu’elle a tué et de le consommer avec une amie, accompagné de quinoa (le quinoa faisant ici office de gage de modernité et de raffinement qui manquent cruellement au monde cynégétique). (3)
Cette campagne rencontra cette-fois ci un franc succès, mais pas vraiment celui escompté : on ne compta plus les moqueries, railleries et parodies de ces profils de chasseurs aussi grotesques qu’invraisemblables.
Pour sa troisième tentative, la FNC a alors décidé de revenir aux fondamentaux en mettant en scène des personnages affublés des tenues vestimentaires habituellement usitées et filmés directement sur le terrain.
Cependant, la sincérité et l’objectivité de ce spot (4) s’arrêtent là, car le contenu est un enchaînement de mensonges et d’omissions volontaires.
Que peut-on y observer avec, en fond sonore, le titre de Yves Montand « C’est si bon » (pas pour la nature en tout cas) ? Des chasseurs se promenant en famille ou entre camarades ne faisant rien d’autre qu’observer la faune sauvage puisque pas un d’entre eux n’est équipé d’un fusil mais toujours munis d’une paire de jumelles. Des veneurs passant leur temps à dorloter leur chien ou leur cheval. Un repas convivial arrosé à coups de verres d’eau et de jus d’orange, etc.
Soit l’exact contraire de ce qui se passe dans la réalité.
La chasse, ce n’est pas l’opportunité d’une sortie bucolique en famille mais une privation de liberté pour qui ne veut pas prendre le risque, la moitié de l’année, de finir abattu par un irresponsable. (5)
La chasse, ce n’est pas l’observation permanente des oiseaux ou des hordes de sanglier, mais le plaisir d’en tuer un maximum, quitte à ce que la distraction se transforme en véritable carnage. (6)
La chasse, ce n’est pas emmener les enfants découvrir et s’émerveiller devant les représentants de certaines espèces, mais les confronter à des actes ignobles de mise à mort. (7)
La chasse, ce n’est pas trinquer à coups d’eau minérale et de jus d’orange, mais à coups de bière, vin et autres spiritueux, puisque chasser sous l’emprise de l’alcool est autorisé. (8).
Les Français ne sont pas dupes, en témoigne le récent sondage commandé par la CVN (qui, lui, a été réalisé par un institut indépendant et respecte les critères de recevabilité) : 68 % d’entre eux ont à l’esprit une mauvaise image de la chasse parce qu’ils en connaissent la réalité, 66 % demandent à ce qu’elle soit réglementée et 72 % veulent de nouveau pouvoir se promener le dimanche sans que soient mises en péril leur vie et celles de leurs proches par des individus armés à l’origine de plus de 400 morts ces vingt dernières années.
Finalement, la FNC se donne bien du mal là où la solution est toute trouvée : remettre à l’honneur le célèbre sketch des Inconnus. (9)
Il a beau dater de 1991, il colle toujours aussi bien à la réalité du terrain.

DJ.

(1)  https://france3-regions.francetvinfo.fr/centre-val-de-loire/chasseurs-sont-ils-premiers-ecologistes-france-1534646.html
(2) https://www.lpo.fr/actualites/la-federation-nationale-des-chasseurs-declaree-coupable-de-parasitisme-a-l-egard-de-la-lpo-dp1
(3) https://www.20minutes.fr/high-tech/2849755-20200830-comment-chasseurs-tentent-redorer-image-reseaux-sociaux
(4)


(5) https://www.neonmag.fr/421-morts-en-20-ans-le-collectif-un-jour-un-chasseur-lance-un-appel-a-temoins-sur-les-violences-et-les-accidents-perpetres-par-les-chasseurs-567798.html
(6) https://www.ouest-france.fr/grand-est/ardennes/la-partie-de-chasse-derape-dans-les-ardennes-158-sangliers-tues-6633477
(7) https://www.20minutes.fr/lille/2790667-20200602-hauts-france-camera-infiltree-montre-massacre-trois-petits-renards-chasseurs
(8) https://www.lavoixdunord.fr/475670/article/2018-10-24/peut-chasser-alcoolise
(9)

Ajouter un Commentaire


03
Octobre 2021
Manifestation contre la chasse à Bordeaux
Voir l'évènement Facebook

 

 

 

--
---

---/---

---/---

 

--
--

---/---

---/---

 

© 2020 ecologie-radicale.org Tous droits réservés. Conception du site internet Agence WEB 54