De l’éthique de conviction et de l’éthique de responsabilité

Escamoté par les canaux médiatiques officiels, un débat de fond oppose deux sociétés : l’une considère l’animal comme un être intrinsèquement inférieur, de nature radicalement séparée, objet potentiel d’activité ludique et récréationnelle ou meuble susceptible de marchandisation.
L’autre considère l’animal comme un être sensible, capable d’éprouver d’une part, la douleur physique, d’autre part, la souffrance qui implique une conscience élémentaire.
La première approche autorise moralement la chasse, la tauromachie, l’absence de précaution dans l’expérimentation et l’abattage des animaux.
La seconde approche implique nécessairement l’abolition de la chasse, mort–loisir, de la torture tauromachique, mort-spectacle, et exige des précautions dans toute utilisation scientifique ou économique de l’animal, être sensible.
En éthique de conviction, posant en principe scientifiquement acquis que l’animal ressent et éprouve douleur et souffrance, il ne saurait être traqué, mutilé, tué par simple jeu, pour tromper l’ennui, pour assouvir une pulsion de violence.
Albert CAMUS, évoquant la sagesse de son père, face à la peine de mort disait : « Un homme, ça s’empêche ».
Un homme ne doit pas infliger à un être sensible, humain ou non humain, une maltraitance et a fortiori la maltraitance suprême qu’est la mort .
En cela, je pose en principe éthique impératif qu’il convient non pas de réformer, mais d’abolir la chasse et la corrida.
Des raisons morales évidentes l’exigent.
Voudrait-on réformer la torture, l’esclavage, adoucir la peine de mort, ériger la guerre en jeu non létal ?
Ce n’est pas essentiellement parce qu’elle occasionne des accidents, qu’elle trouble la quiétude des promenades en forêt, ni même parce qu’elle compromet la biodiversité qu’il faut abolir la chasse, mais parce qu’il n’est pas concevable du tuer pour se distraire, à titre de récréation.
Broyer des chairs, briser des os, répandre du sang, semer l’effroi, ôter la vie sont des actes contraires à la dignité humaine.
Oui, « un homme, ça s’empêche ».
Le lobby chasse s’avère impuissant à combattre cette objection fondamentale et réplique de deux manières :
- d’abord par une propagande grotesque, sur le thème de la gestion de la faune, propagande qui ne résiste pas à l’analyse puisque la chasse, loin de résoudre les déséquilibres écologiques, les crée.
- surtout, en voulant ostraciser les opposants à la chasse que le président national des chasseurs rêve de « choper pour leur casser la gueule ».
On a les argument qu’on peut.
Mais, il est impossible de nier que l’animal est un être sensible et que la chasse-loisir devient incompatible avec cette découverte.
On ne peut pas impunément jouer à tuer des êtres sensibles.
Nous devons patiemment, fermement, calmement énoncer ces vérités qui dérangent.
L’opinion publique assimile progressivement cette éthique nouvelle.
Est-ce à dire, parce qu’il faut abolir la chasse, que cette abolition va survenir l’an prochain ?
Ce serait bien naïf que de le croire.
Le monarque, à l’instar de nombreux politiques, ignore ce qu’est le peuple et il pense le flatter en invitant amicalement les dirigeants du lobby chasse en son palais.
Quand bien même, un président de mieux, écologiste ou Insoumis, s’installerait à l’ELYSEE, il ne pourrait qu’abraser la chasse, supprimer la vénerie, le cruel déterrage, les chasses dites traditionnelles.
L’abolition de la chasse est affaire d’évolution inéluctable des mentalités.
Il n’y a pas d’un côté, ceux dont je suis, qui expliquent posément l’objection éthique fondamentale d’une incompatibilité de la mort–loisir avec la dignité humaine et, de l’autre, ceux qui proposent de « manger l’artichaut feuille à feuille ».
Tout recul de la cruauté, du mépris du vivant, toute avancée de la prise de conscience sont opportuns.
Des dimanches sans chasse, l’interdiction des gluaux pour la capture des petits oiseaux, l’arrêt des chasses de nuit des oiseaux d’eau, la préservation des prédateurs et l’abandon de la notion de « nuisibles » devraient être salués.
De même, l’interdiction des arènes sanglantes aux mineurs ne retire rien à l’horrible souffrance du taureau supplicié, mais ce serait une marche vers l’abolition de l’avilissement des foules lorsqu’elles se réjouissent d’un supplice.
Je n’oppose pas l’éthique de conviction, que j’assume, et l’éthique de responsabilité.
Lorsque j’ai commencé à militer pour la nature, la France comptait deux millions cinq cent mille chasseurs.
Aujourd’hui, ils sont moins de huit cent mille et non un million trois cent mille comme ils le disent mensongèrement.
Leur nombre diminue chaque année, malgré leurs efforts de propagande et de recrutement.
Pourquoi ?
Parce que la perception de l’animal a changé.
Les générations montantes ont appris qu’un chien, un chat, mais aussi un sanglier, un renard, un chevreuil, une macroule veulent vivre et qu’il est bon de leur laisser la vie.
Victor HUGO a écrit : « Rien n’arrête une idée dont le temps est venu ».
Si, pour l’heure, à l’abri de la veulerie des politiques, les chasseurs font encore la loi, ils sentent bien que le monde d’où ils viennent glisse vers son anéantissement.
Un jour, la chasse sera abolie.
Bien sûr, nous, voltigeurs de pointe dans les champs de mines des lâches conformismes, n’obtiendront ni décorations, ni subventions, mais nous n’en voulons pas.
Pour faire avancer la cause du vivant, ne vous demandez pas s’il faut suivre les durs, les mous, les ultras, les modérés, les purs qui épurent, les prudents qui négocient, soutenez tout ce qui va dans la bonne direction.
La bonne direction : gagner contre l’esprit qui nie la vie.
Apprenons aux hommes à respecter la vie et nous aurons fait notre devoir d’hommes.

Gérard CHAROLLOIS

Ajouter un Commentaire


--
--
---/---
---/---l

 

--
 
.../...

 

--
 
 

 

© 2020 ecologie-radicale.org Tous droits réservés. Conception du site internet Agence WEB 54