L'état emploie la force pour protéger la chasse à courre !

Un appel d'AVA (Abolissons la chasse à courre aujourd'hui)
 
 
🦌 Une semaine après le scandale national provoqué par une chasse à courre en pleine ville, l’État annonce sa position : toute manifestation d'opposition est interdite par la Préfecture de l'Oise pendant toute la saison de chasse !
Face à l'émoi et le rejet unanime de la population devant cette pratique, ce n'est pas la chasse à courre, responsable de nombreux troubles à la sécurité publique (reconnus comme tels par la Justice), accidents et invasions de propriété privée qui est jugulée, mais bien la population locale opposée à cette barbarie.
👮 🚔 Désormais, suite à un arrêté publié le 25 septembre, les forces de Gendarmerie et de Police seront déployées en forêt « pour décider de l'emploi de la force après sommations » afin de « disperser tout attroupement qui se constituerait dans les forêts de Compiègne, Ourscamp-Carlepont, Halatte, Laigue, Chantilly et Ermenonville les mercredis et samedis de 6h à 20h durant la saison de chasse ».
« L'usage de la force par les représentants de la force publique comporte l'usage des armes ».
Le présent arrêté préfectoral, en plus de se fonder sur des mensonges répugnants, accusant notre collectif de violences que nous avons au contraire toujours subies et documentées sans répondre (« s'en prennent physiquement aux chiens et aux chasseurs »), ou d'« obstructions à la chasse » jamais caractérisées, est d'un arbitraire absolu, les définitions d'attroupement et de trouble n'étant pas clairement prédéfinies.
Alors que la chasse à courre est au plus mal, rejetée par tous après un Nième scandale, l'État prend la décision politique d'écraser l'opposition pacifique portée par les habitants qui subissent cette pratique. Plutôt que de toucher à la source du problème, les institutions rognent toujours plus sur les possibilités d’exprimer le mécontentement, la désapprobation, la critique.
Il s'agit ici clairement de protéger des intérêts particuliers aux dépens de l'intérêt général. Cette position est une injure directe aux habitants du lotissement compiégnois qui se sont « attroupés » samedi dernier pour sauver un animal traqué. C'est une injure aux 8 français sur 10 qui se prononcent contre la chasse à courre par tous les sondages depuis 10 ans.
⚔🏰 Cette décision révoltante met en lumière encore un peu plus l'aspect anti-démocratique du maintien de cette chasse dans notre pays. Elle intervient alors que l'équipage récidiviste a déjà obtenu la privatisation d'un partie de la forêt de Compiègne par le biais d'un autre arrêté préfectoral.
📣✊ Contre vents et marées, face à tous les coups tordus, AVA a porté avec abnégation la voix de l'opposition à la barbarie. Cette voix doit-elle s’éteindre ? AVA doit-elle cesser d’exister, comme le souhaitent les tenants de la chasse à courre ? Bien sûr que non.
Il appartient à l’opinion publique, à toutes les forces démocratiques, de pointer du doigt la décision de la Préfecture de l’Oise et de dire : cet appel de la Préfète à la mobilisation militarisée contre AVA, cette légalisation de l’emploi des armes contre AVA, cette scandaleuse soumission aux franges les plus jusqu’au-boutistes des obscurantistes prônant et pratiquant la chasse à courre… tout cela est inacceptable et les institutions doivent reculer !
La décision de la Préfète de l’Oise doit être révoquée, maintenant !
 

 

--
--
---/---
---/---l

 

--
 
.../...

 

--
 
 

 

© 2020 ecologie-radicale.org Tous droits réservés. Conception du site internet Agence WEB 54