Biocentrisme et éthique animale

L’éthique, le droit, la conception que l’humain se fait de lui-même et du monde sont fruits des connaissances d’une époque.
Durant des millénaires, l’animal humain (puisque nous sommes des animaux) construisit son univers mental sur des mythes, des religions lui imposant, de l’extérieur, des valeurs, des normes de vie dictées par les traditions de la tribu, de la cité, de la nation, de la communauté de rattachement identitaire.
Tout pouvoir venait des dieux dont les rois et empereurs recevaient délégation.
Avec le doute, les Lumières, la raison, l’homme, en Occident d’abord, apprit à lire dans le grand livre du monde en s’émancipant des dogmes révélés.
La valeur, la loi, la vérité ne vinrent plus de divinités extérieures mais de la délibération de l’individu et du groupe.
Depuis le 18ème siècle, la société passa insensiblement du théocentrisme à l’anthropocentrisme, l’homme se substituant aux dieux dans la hiérarchie des valeurs.
Les théologiens durent s’adapter à se décentrage et, pour suivre le mouvement de fond irrésistible, ils proclamèrent que « dieu fit l’homme à son image » ce qui permet la double adoration.
En fait, l’homme s’inventa des dieux à son image inversée : les dieux étant tout-puissants, totalement bons et éternels, ce que l’homme n’est pas.
Avec les acquis de la science contemporaine en ses diverses disciplines, génétique, paléontologique, physiologie comparée, biologie moléculaire et même astrophysique, éthologie, se révèlent l’unité profonde du vivant et les lois de l’évolution des espèces.
Ces données nouvelles révolutionnent la vision que l’homme pouvait avoir de la nature, de sa place dans l’univers, de son rapport aux autres espèces et incontestablement, DARWIN et son évolution des espèces, en 1859, marque une rupture décisive et salutaire.
Aujourd’hui, après le passage du théocentrisme à l’anthropocentrisme, nous devons élargir le cercle de l’empathie en accédant au biocentrisme.
En 2002, nous créâmes, en France, la CONVENTION VIE ET NATURE portant cette éthique qui, à la différence de certains mouvements écologistes, n’a aucune aspiration à la nostalgie, à la régression, au retour vers un âge d’or, un paradis perdu qui n’ont jamais existé dans le passé, passé plein de superstitions, de peurs, d’ignorances, de maladies, de guerres, de négations des droits fondamentaux de l’homme, des autres animaux et de la nature.
L’homme d’hier ne respectait pas mieux le vivant.
Il n’avait pas les moyens de destruction que confèrent aujourd’hui les sciences et techniques.
Il est vrai que la maîtrise contemporaine offre à la cupidité humaine des occasions formidables d’anéantissement du vivant.
Vous savez que nous assistons à la sixième grande disparition d’espèces sur la Terre et que cette disparition massive nous est imputable.
Vous savez que des milliards d’animaux sont élevés et tués dans des conditions indignes de la plus élémentaire sensibilité pour satisfaire un système productiviste fou de profits.
Vous savez que perdurent, ici et maintenant, des loisirs débiles et cruels comme la chasse qui s’exerce au détriment d’une faune exsangue et artificialisée.
Vous savez que des foules, certes marginales mais néanmoins contemporaines, paient pour jouir de la torture des taureaux dans des arènes.
Une mutation éthique est en cours mais celle-ci se heurte à des forces obscurantistes qui voudraient confiner l’animal non-humain dans la catégorie des choses que l’on peut marchandiser, violenter, maltraiter pour le jeu ou le profit.
Des lobbies, la classe politique, des forces économiques contrarient les avancées de la conscience et refusent la transcription de l’éthique biocentriste dans le droit et dans les mœurs .
A titre d’illustration, j’ai dû plaider devant la cour européenne des droits de l’homme contre la loi dite VERDEILLE, imposée par le lobby chasse, qui contraignait les petits propriétaires à accueillir chez eux ce loisir de mort.
Il fallut plaider devant les juridictions administratives, durant près de vingt ans, pour obtenir la transposition d’une directive européenne portant protection des oiseaux et aboutir à réduire de quelques semaines le temps d’ouverture de la chasse, en juillet et en février.
Comme tous les changements en profondeur, le passage à une société biocentriste, respectueuse de la nature et des êtres vivants, sera inéluctable, mais ne se fera pas sans luttes idéologiques.
Celles-ci seront d’autant plus rudes que nonobstant l’évidence de notre éthique, des intérêts colossaux et bien gardés s’opposent à cette reconnaissance de la valeur première de la vie.
Les traditions, la quête du profit, les filières et les corporatismes structurés verrouillent la société.
Le biocentrisme est-il un contre-humanisme ?
Récuser l’humanisme serait nier les acquis, contester les droits de l’homme, régresser au point de rater le rendez-vous avec un mieux, un vrai progrès.
Notre objectif est de conserver en dépassant l’humanisme. L’Etat, la loi, les pouvoirs publics ont pour vocation de libérer et protéger les plus faibles.
Désormais, la nature menacée, agressée, meurtrie exige cette protection contre les exactions humaines
Le biocentrisme invite à la grande réconciliation de l’humain avec l’animal et tout le vivant.
Espèce biologique parmi les espèces, l’homme est fruit d’une évolution dont rien ne permet de dire qu’elle est achevée.
Il apparaît probable, en contemplation de la science contemporaine, que l’homme pourrait devenir le principal facteur de sa propre transformation.
Toute évolution peut être la bienvenue si elle tend à faire reculer la souffrance et la mort et, dans le même temps à rendre l’humain meilleur c’est-à-dire moins violent, moins cruel, moins cupide.
Réchauffement climatique, épuisement de la biodiversité, fin des ressources et submersion par les pollutions menacent la survie.
Le fait de les prévoir devraient conduire à les éviter.
Le pire peut advenir : l’homme peut être une impasse évolutive, un échec, un fléau de la terre, s’il perdure à artificialiser, à empoisonner, à chasser.
Mais, il peut aussi muter et accéder à une maîtrise sage, bienveillante, protectrice du vivant ;
C’est à cette mutation que nous appelons.

Gérard CHAROLLOIS

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

05 Novembre
 2017

Manifestation à Aureil (87) pour l'abolition de la chasse à courre.

Voir appel en page d'accueil

 

08 Novembre
2017

du 8 au 10 Novembre : Colloque Les Etudes Animales Sont-Elles Bonnes A Penser ?

Détails par ce lien
04 Novembre
2017

du 4 au 12 Novembre : La Convention Vie et Nature au salon Marjolaine à Vincennes.

Détails par ce lien

 

© 2016 ecologie-radicale.org Tous droits réservés. Conception du site internet Agence WEB54