Cruauté, austérité et économie libérale

90% de la viande consommée provient désormais d’élevages industriels concentrationnaires qui évoquent l’univers infernal et monstrueux des camps d’extermination.
Des essais, des romans dont l’admirable « Règne animal » de Jean-Baptiste DEL AMO décrivent ce monde caché, ignoré, effrayant, de la « production » de protéines animales, avec sa logique carcérale, ses tortures ordinaires, sa transformation d’êtres sensibles en machines à sécréter du produit.
Dans l’élevage, l’animal de rente n’a pas de vie mais il a une mort dans le stress et la douleur.
Pas méchants, nos contemporains ne savent pas et, pour certains, ne veulent pas savoir ce que le Système génère pour alimenter la consommation de masse et les grands profits des firmes et des actionnaires, seuls bénéficiaires de ces crimes contre le vivant, contre la conscience.
Je me garderai bien d’être prescripteur de tel ou tel mode de vie, mais je souhaiterais, plus humblement, que chacun mesure le tragique de la vie animale et humaine.
S’humaniser, c’est s’insurger contre la souffrance et contre la mort.
Or, l’élevage représente la négation de cette prise de conscience.
La médecine le demeure encore trop car les soins restent douloureux et malgré nos progrès indéniables, nous perdrons toujours la guerre contre la mort, puisque tout individu doit mourir.
Ne pas se résigner, ne pas farder la vérité sous le masque anesthésiant de la « tradition », de l’inéluctable est un devoir premier de l’humain de mieux, du Résistant qui n’accepte pas que l’on torture, que l’on tue, que l’on méprise les êtres vivants.
Et si la société n’était qu’une réplique des sinistres usines à viande ?
Et si l’humain devenait, à son insu, le bétail d’un maître pervers, vorace, aliénant, anesthésiant : le Marché ?
Antibiotiques et tranquillisants sont administrés massivement aux porcs engraissés dans des cages et les médias manipulent les foules subjuguées, guidées, conditionnées à se soumettre à une logique à terme létale.
Partons des faits : depuis 70 ans, le monde occidental connaît une longue période de paix intérieure.
Or, dans l’Histoire, ces périodes tranquilles furent des temps d’amélioration de la condition de vie des peuples épargnés.
Par ailleurs, les fulgurants progrès de la technique permettent de produire des biens manufacturés en quantité infinie et sans grands efforts.
Or, l’austérité est le mot d’ordre, non pas ponctuel, mais permanent des dirigeants.
Les citoyens, travailleurs du secteur public ou privé, les retraités, les étudiants, les sans-emplois sont priés de faire des «efforts », des « sacrifices » et d’accepter les « réformes » qui toutes vont dans le même sens : régressions.
Gel des salaires, des pensions et accroissement des prélèvements, réductions des budgets des services publics, précarisation des situations dite « ubérisation » et atomisation de la société en petites corporations dressées à dessein les unes contre les autres pour empêcher la prise de conscience du processus en cours visant à asservir les peuples pour accroître la fortune de 1% d’oligarques.
Bien sûr, les petits GOEBBELS de service expliqueront qu’il faut consentir à ces réformes pour satisfaire les critères de MAASTRICHT et qu’après tout ira mieux.
Ces manipulateurs savent que les peuples ont la mémoire courte et qu’il suffira de parler de la « sortie du tunnel » comme le faisait déjà le professeur d’économie politique, Raymond BARRE, premier ministre en 1979.
Nous sommes en présence d’une constante historique.
Tout pouvoir corrompt et pousse à l’abus ceux qui le détiennent et en jouissent.
Avec le temps se constitue une aristocratie privilégiée dont aucun mérite n’explique l’arrogance et la domination inique.
Ce fut le cas au 18ème siècle, avant 1789 où une féodalité tenait la bourgeoisie en état inférieur.
Aujourd’hui, quelques milliardaires gonflent leurs fortunes d’année en année, cependant que ceux qui font tourner la société stagnent en apparence, reculent en fait.
Il ne s’agit point là d’une opinion, d’une doctrine, d’une conviction individuelle, mais de simples constatations factuelles que tous peuvent vérifier mais qu’il faut dissimuler sous le fatras des commentaires.
Jusqu’à quel degré de mépris du vivant faudra-t-il descendre pour que survienne le sursaut, la nouvelle révolution ?
Ils viendront non pas pour accoucher d’un monde idéal, de lendemains qui chantent, mais parce qu’ils sont nécessaires.
Pendant longtemps, les humains de mieux crurent qu’une révolution était un moyen de faire naître l’homme nouveau, la société parfaite, le paradis ici et maintenant.
Je pense que la révolution nécessaire n’est pas un moyen mais une fin.
Il faut périodiquement, dans la longue historie humaine, ébranler les bastilles, faire tomber les privilèges, changer les paradigmes.
Il en résultera un progrès qui, après quelques décennies ou siècles exigeront un nouveau dépassement, une nouvellle rupture, une nouvelle révolution.
Les actionnaires de l’industrie de la viande, les indécents milliardaires qui contrôlent les États via leur financement occulte de la vie politique ont fait leur temps.
Leur cupidité insatiable bloque tout progrès de la sensibilité et de la conscience.
Il faut les abattre.
Sans violence, par d’autres moyens que ceux qu’utilisèrent nos « grands ancêtres », c’est-à-dire sans guillotine, sans pendaison à la lanterne, sans tête au sommet des pics, mais avec l’éthique du temps que nous voulons, par confiscation de leurs injustes fortunes et par une équitable redistribution, par la sortie de la logique du marché roi.
A défaut, la nature sera anéantie. Les espèces disparaîtront. Les animaux d’élevage demeureront des machines à protéines. Les sujets du Marché, troupeau décérébré, régresseront en simples variables d’ajustement au service du profit des dirigeants qui ne sont pas les politiciens mais ceux qui les font élire.

Gérard CHAROLLOIS

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

20 Mai
 2017

A Strasbourg à 14 h, marche pour la fermeture  du commerce de primates 
SILABE de Niederhausbergen

Détails par ce lien

 

03 Juin
 2017
A Nîmes - Manifestation ant-corrida.
Des infos suivront...

 

10 juin
-- 2017

A Paris, marche contre les abattoirs. Rendez-vous à 12h place de la République.

---/---

 

© 2016 ecologie-radicale.org Tous droits réservés. Conception du site internet Agence WEB54