Fédérons-nous pour la nature

Depuis quelques années, je dénonce pour mes amis lecteurs la manipulation de masse magnifiquement orchestrée par la secte des adorateurs du Marché, secte qui pour dominer le monde use de procédés totalement différents de ceux grossièrement employés naguère par d’autres totalitarismes.
N’étant le petit soldat d’aucune armée, ne convoitant aucune fonction officielle dans telle ou telle écurie, je juge de la situation de la société avec cet éloignement sans lequel on ne peut pas comprendre les ressorts fondamentaux du système en place.
Pour illustrer mon propos, je m’en tiendrais ici aux dernières élections présidentielles françaises, mais le processus pourrait être repris à l’identique lors de tous les scrutins.
La secte du Marché joue sur la peur pour conduire les électeurs.
Au premier tour, peur des diables rouges, partageux et « extrémistes », émules de CASTRO, CHAVEZ, lorsque ce n’est pas de POLPOT.
Un citoyen sérieux, responsable, un peu frileux ne saurait voter pour des « insoumis », de dangereux révolutionnaires pouvant rétablir le stalinisme voire un régime équivalent à celui de la Corée du Nord !
Le péril rouge/vert passé, les adorateurs du marché partent en guerre contre des hordes de SA (sections d'assaut), des nostalgiques de la division DASREICH pas moins, et après avoir bouté le marxisme-léninisme, ils triomphent du fascisme brun.
Peur du loup, peur des fantômes, peur salutaire pour faire taire les petits enfants et les amener à être sages en se flexibilisant devant la main invisible qui va les tondre et qui va détruire la vie sur terre pour assouvir la soif de profits des lobbies, des firmes, de la finance, des oligarques.
Les citoyens protesteront, manifesteront, défileront lorsque les exploiteurs attenteront à leurs droits sociaux, à leurs régimes de retraites, à leur temps de travail, à leurs garanties. Mais leurs actions seront sans le moindre effet. Le Marché passera en force, indifférent aux cortèges, aux grèves, aux pétitions, aux cris de douleurs des petites gens qui régressent inexorablement depuis deux décennies.
Les affreux « extrémistes » étaient dépeints en violents, en menaçants par une presse appartenant, pour l’essentiel, à neuf oligarques, alors que la violence s’appelle destruction des sites naturels, empoisonnement de la biosphère, délocalisation des productions, gel de l’indice du point de rémunération, aggravation des inégalités entre la population prise en sa globalité et une infime poignée de privilégiés du « premier cercle ».
La violence tient à l’aéroport NOTRE-DAME-DES-LANDES, projet emblématique, la chasse, les refus d’application du principe de précaution face à la mise sur le marché des molécules de l’industrie.
La secte espère bien régner mille ans et possède le pouvoir médiatique qui lui permet les manipulations de la majorité des électeurs.
Il n’y aura pas de troisième tour social, de luttes sur le terrain, car la "médiacratie" veille et saura discréditer les planqués du syndicalisme, les conservatismes anachroniques, les « trublions », les méchants casseurs, les décalés irresponsables.
Nous connaissons ces « éléments de langage » hallucinogènes derrière lesquels s’abrite l’information passée au prisme de la pensée « libérale ».
Alors, reste les législatives, le 11 juin, occasion encore offerte au plus grand nombre d’échapper au contrôle de ceux qui imposent que n’existe aucune alternative.
Par-delà les étiquettes partisanes qui ne m’intéressent guère, j’invite les amis de l’arbre, de l’animal et de l’humain à renverser la table, à choisir la rupture, le refus de la dévastation perpétrée par les oligarques et leurs agents.
Là encore, les promoteurs, la finance, les firmes veilleront à anesthésier pour conserver un pouvoir politique complice de leurs exactions contre la nature et contre la vie.
Combien il est douloureux d’avoir raison trop tôt, mais cela vaut mieux que de se tromper de combats et d’avoir une guerre de retard.
En 1930, le fascisme menaçait la paix du monde. En 1950, le totalitarisme stalinien violait les droits humains et la liberté.
Aujourd’hui, c’est le thatchérisme qui représente le crime contre l’écologie.
Pour masquer ses crimes, cette idéologie entretient l’illusion des affrontements d’antan.
 
Gérard CHAROLLOIS

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

16 septembre
 2017

A Limoges, manifestation unitaire contre la chasse à 14h devant la préfecture.

.../...

 

10 septembre
2017

A Nice, manifestation contre la chasse et le piégeage - organisée par le Collectif animalier du 06 - place Masséna - 15h..

.../...

 

---
----

....

---/---

 

© 2016 ecologie-radicale.org Tous droits réservés. Conception du site internet Agence WEB54